Nos documents
Actualités
Actualités

Lettre d’information // Novembre 2016

Un nouveau projet associatif APPUIS 2016 – 2020

Ainsi que je l’annonçais dans la lettre d’information de juin, la révision du projet associatif d’APPUIS est démarrée. Mais avant d’aller plus loin, il me semble utile de réfléchir sur la notion même d’association, en partant de la signification du mot : une association est un groupement de personnes qui se réunissent autour d’une activité, d’un projet commun.

Des personnes adhèrent à un projet et pour le mettre en œuvre, elles constituent une « association » : entité juridique ayant une organisation structurée, des moyens, etc. On se retrouve alors avec le schéma classique : des adhérents qui élisent des administrateurs élisant eux-mêmes un bureau. Quand l’association en a les moyens, elle embauche des salariés.

En quarante ans, APPUIS s’est bien développée dans son champ d’intervention. Mais ses actions sont maintenant fortement régulées voire contraintes dans un cadre législatif ; son financement est quasi intégralement assuré par des fonds publics. Il est alors légitime de se demander où en sont le projet et les convictions des fondateurs, leur liberté d’agir. En premier lieu : quelles personnes portent encore, doivent porter ce projet, alors que le travail social est fortement professionnalisé et que les adhérents, bénévoles, se font de plus en plus rares (constat général dans le monde associatif).

C’est dans ce sens qu’il faut aborder la révision du projet associatif : ne pas perdre de vue les valeurs du projet primitif, mais très pragmatiquement l’adapter au contexte dans lequel nous vivons et nous pouvons agir. Ces deux contraintes ne sont pas opposées dans la mesure où nous arriverons à mettre autour de la même table l’ensemble des acteurs impliqués : adhérents, bénévoles et administrateurs, salariés, jusqu’aux personnes accompagnées dans les différentes actions. La seule difficulté de nos jours, dans cette société de plus en plus égoïste, prônant la réussite matérielle et l’individualisme, est de rassembler suffisamment de personnes pour être une force d’interpellation et de proposition auprès des décideurs.

Le projet présenté ci-dessous a été préparé par un petit groupe. Dès à présent vous pouvez réagir et soumettre vos réflexions ; et vous êtes tous invités le 17 janvier 2017 pour en parler, le valider, vous l’approprier et vous engager.


Projet associatif 2016 – 2020

  • Valeurs et éthique

Les membres de l’association APPUIS basent leur vision, leur politique et leurs actions sur deux valeurs fondamentales :

  • L’égalité dans les droits et dans la dignité pour toute personne
  • La liberté de chacun à être propriétaire des choix de sa propre vie

Par ces valeurs, nos missions sont de permettre aux personnes qui en ont besoin de découvrir leurs potentialités et de développer leurs compétences, dans des environnements qui ne sont pas toujours favorables à cette liberté. Il en résulte un projet politique de transformation sociale dans lequel bénévoles, professionnels et personnes accompagnées sont partenaires et construisent ensemble.

Sur un plan éthique, ces valeurs fondamentales se déclinent par des positionnements :

  • de respect de toute personne concernée ou impliquée dans nos actions
  • d’ouverture aux autres et de recherche permanente du dialogue
  • de respect des règles de vie en société
  • de refus de la violence
  • d’exigence d’égalité de droits et de devoirs
  • d’indignation par rapport aux situations injustes, indignes ou inhumaines
  • d’interpellation dans des cas heurtant ces valeurs et cette éthique

 

  • Dans un contexte de mal-vivre ensemble

En ce début de XXIème siècle, plusieurs phénomènes concourants impactent la société :

  • Accélération d’un processus de fragilisation du tissu social, dans ses dimensions matérielles, relationnelles et existentielles, accentuant pauvreté et précarité
  • Culture dominante à l’échelle mondiale, devenue celle d’une société consumériste et individualiste
  • Raréfaction du travail, facteur d’intégration et d’inclusion
  • Complexification des besoins des publics « confiés » aux travailleurs sociaux, mêlant aux enjeux d’accès aux droits des enjeux sanitaires en termes à la fois de santé physique et de santé psychique

 

  • Pour les prochaines années : cinq volets d’actions

1er volet : postures politiques et stratégie d’innovation sociale – interpellation des décideurs

  • Améliorer la communication (ouverture, transparence et nouvelles adhésions)
  • Faire vivre le Comité de veille éthique (instance ’indignation et d’interpellation)
  • Mettre en place une charte de la laïcité
  • Promouvoir auprès des Pouvoirs publics la mise en œuvre d’un continuum entre enjeux sociaux et enjeux sanitaires
  • Passer du travail social palliatif (atténuer les effets de la casse sociale) au travail social préventif (les éviter)
  • Mettre en œuvre un travail social d’action (recherche commune de solutions dans une dimension politique)

2ème volet : changements dans les pratiques du travail social

  • Passer à une posture où il s’agit en priorité de détecter les forces et compétences de la personne pour établir une alliance relationnelle et partenariale, en vue de transformer avec elle les éléments de la situation qui ne sont pas satisfaisants ou qui posent difficulté
  • Placer la personne accueillie en position de partenaire aux côtés du travailleur social et des autres acteurs.
  • Mettre en priorité la prise en compte de l’expertise des personnes accompagnées comme point de départ de leur accompagnement social ou médico-social
  • Mettre en place une charte de la bientraitance

3ème volet : changements dans le management et l’organisation en tant qu’outil d’apprentissage

  • Mettre en place des modes de management des équipes salariées pour favoriser l’apprentissage permanent, le développement des compétences, l’adaptation permanente aux contextes

4ème volet : revoir l’ensemble des partenariats et des réseaux

  • Faire le point sur les partenariats en évaluant leur pertinence (arrêts, développements) :
  • Rester attentif aux possibilités de regroupement avec des structures ou associations œuvrant dans les mêmes champs et avec les mêmes valeurs et politique.

5ème volet : gouvernance et participation des salariés, des bénévoles et des personnes accompagnées

  • Revoir la pertinence du statut de salarié administrateur et faire évoluer les statuts
  • Idem sur le collège des partenaires
  • Renforcer l’animation du réseau des bénévoles
  • Écrire une charte des bénévoles
  • Mettre en œuvre l’intégration des personnes accompagnées dans la gouvernance associative

Avec l’ensemble des administrateurs, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

André Schaeffer
Président d’APPUIS