top of page
APPUIS

notre actualitÉ

PRESSE:Ex-victimes, des femmes réunies au Musée de l’auto pour retrouver des forces


Le service d’accompagnement des victimes de l’association Appuis a organisé un projet pour des femmes victimes de violence conjugales. Cette action s’est terminée en beauté à la Cité de l’auto de Mulhouse. Photo L’Alsace /I.L.

Pour terminer en beauté le projet « Femme libre - Olympe » du service d’accompagnement des victimes d’Appuis, une action était organisée à la Cité de l’auto avec l’aide de l’Association de prévention des rodéos urbains (Apru). Une belle conclusion pour ce programme d’un an.


Hajet Trirat, chargée du projet Femme libre - Olympe, mené par le service d’accompagnement des victimes de l’association Appuis , semblait plutôt satisfaite fin octobre lors de son passage à la Cité de l’auto mulhousienne. Avec elle se trouvait le petit groupe de femmes, des victimes de violence conjugale qu’elle a accompagnées pendant l’année. « Ce projet me tenait à cœur depuis quatre ans », explique-t-elle. « Le nom d’Olympe a été ajouté en l’honneur d’Olympe de Gouge, pionnière du féminisme. »

« Déverser la souffrance »

Le but des animations de Femme libre - Olympe était de compléter l’ accompagnement habituel des services d’Appuis. Les participantes étaient toutes des femmes en situation de grand danger, pour la plupart mères et victimes depuis plusieurs années. « Nous voulions les sortir de leur isolement et de l’emprise de leur ex-conjoint », note Hajet Trirat. Chaque trimestre, les femmes ont pu se concentrer sur un point particulier. « Il y a d’abord eu un groupe de parole avec une psychologue et une juriste. Le deuxième trimestre a été consacré à des ateliers sportifs en rapport avec la santé et le corps. Il y a ensuite eu des ateliers d’expression écrite, avec l’association L’Encrage. Tout ceci leur a permis de déverser leur souffrance et de libérer leur parole. Ça leur a fait beaucoup de bien. »

Une quinzaine de femmes ont suivi ce programme. Pour terminer le projet en beauté, l’association Appuis s’est associée à l’ Apru (Association de prévention des rodéos urbains) pour proposer une journée d’animations à la Cité de l’Auto. « Généralement, nous nous servons des deux-roues pour la prévention de la délinquance », explique Aurélien Weisrock, de l’Apru. « Cette fois, l’idée était d’utiliser également les deux-roues mais pour les victimes. Nous avons appelé cette action la journée Cheveux au vent. Nous voulions redonner de la fierté à ces femmes. » Mais, avant de les voir arriver sur la piste de l’autodrome, les participantes ont dû être convaincues par Hajet Trirat : « Nous voulions leur réapprendre à aller vers les espaces culturels. La plupart n’avaient pas le droit de sortir ou de s’habiller comme elle le voulait. L’une des femmes nous a dit qu’elle ne s’était pas octroyé une sortie depuis 15 ans. »


« Leur montrer qu’on était capable »

Pendant la journée, le groupe a assisté à un spectacle avec des voitures de luxe, a suivi une visite guidée du musée, où les liens entre les femmes et l’automobile ont été développés et, finalement, un tour en side-car avec Yannick Dupont leur a été proposé. « Elles n’ont pas le permis et jamais elles auraient pu faire ça dans leur vie. C’était assez dingue », note la chargée de projet. « Je voulais aussi leur montrer qu’elles n’étaient pas uniquement des mamans. Nous avons embauché une nounou, elle s’est occupée des enfants et des ateliers et un repas étaient prévus pour eux. » Avoir leurs enfants sur place a aussi permis aux femmes de se présenter devant eux sous un nouveau jour. « On a pu leur montrer qu’on était capable », note l’une des femmes en descendant du side-car, un large sourire sur le visage. Le projet, soutenu par la Ville de Mulhouse, la préfecture, la justice et l’association les Dames de cœur, pourrait être renouvelé.



Comentarios


bottom of page